Visite guidée "Paysages de la vallée aux 600 000 noyers"

dimanche, 04 février 2018
Visite guidée de l'exposition temporaire à 15h30

Collection Musée Dauphinois

De tous les paysages de l’Isère, le pays de la noix est sans doute celui où l’agriculture a laissé la plus forte empreinte. Avec ses milliers de noyers plantés selon une trame rigoureuse et la présence de nombreux séchoirs à noix, la vallée révèle un paysage de savoir-faire d’une grande cohérence.

Un « paysa-géologue » curieux, sidéré par la découverte d’un immense jardin planté de noyers dans la vallée de l’Isère, décide d’étudier ce paysage exceptionnel afin d’en percer le mystère de création. Il part à la découverte des bosses, creux, plats, hauts et bas qui marquent les plis et replis du relief ; il étudie les sols et sous-sols du pays de la noix et scrute les micro-climats locaux.

Ses conclusions sont incontestables : la nature et l’homme ont réussi une incroyable rencontre pour façonner un paysage unique, le plus grand verger de noyers d’Europe !

Cabinet de curiosités, photos et images animées embarquent petits et grands à la découverte d’un paysage singulier.

A 15h30

Atelier "Mon Paysage dans un bocal"

mercredi, 14 février 2018
Atelier arts plastiques

Atelier

Maud Bonnet, artiste plasticienne, plonge les enfants dans l'univers magique d'un "paysa-géologue" à la découverte des paysages du pays de la noix. En s’inspirant du cabinet de curiosités présenté dans l’exposition « Paysage de la vallée aux 600 000 noyers », les enfants collectent des éléments naturels, végétaux, minéraux, pour réaliser un mini-paysage dans un bocal.

Pour les enfants de 6 à 10 ans.

Conférence "La noix, l'homme et le paysage"

vendredi, 09 février 2018

Photo aérienne F. Pattou

Le paysage est façonné, transformé, bouleversé par l’agriculture et les activités humaines de toutes sortes. La culture de la noix est une production agricole qui a une empreinte particulièrement forte sur le paysage. Ces dernières décennies, la spécialisation dans la nuciculture s’est développée jusqu’à devenir l’activité principale pour environ un quart des exploitations. La concurrence accrue à l’échelle mondiale impose une productivité toujours plus élevée. Cette tendance induira-t-elle de nouvelles évolutions dans le paysage ?

Avec Claude Janin, Chambre d’agriculture de l’Isère/UMR-PACTE Institut de Géographie alpine ; Rachel Anthoine, responsable du pôle paysage au CAUE de l’Isère ; Yves Borel, Président du Comité interprofessionnel de la Noix de Grenoble ; Olivier Gamet, président du Comité de territoire Sud Grésivaudan ; Christian Mathieu, président de la SENURA. Conférence animée par Marianne Boilève, journaliste à Terre Dauphinoise.

Entrée libre